La GPA, un recul du droit social ?


Articles / samedi, mai 25th, 2019

La Gestation Pour Autrui (GPA) se définit comme le fait de porter un enfant pour une autre femme. La médecine a permis d’incroyables évolutions. Néanmoins, les avancées technologiques soulèvent de nombreuses interrogations éthiques.

  • Comme pour toute relation commerciale elle induit un rapport de force. L’enjeu est de nous faire croire que ce rapport de force est équilibré entre les partis. Celui-ci ne sera pas. Comme pour la pornographie, certains soutiendront que chacun est libre de ses choix. Certains argumenteront avec audace qu’ils ne voient pas le problème de l’augmentation du niveau de violence dans les films pornographiques (bienvenue dans l’ère industrielle et de la production précaire à la chaîne : bien loin de la pornographie émancipatrice des années 70) sous couvert de consentement mutuel. Suis-je bête, toutes les femmes rêvent en substance de ce faire pénétrer par tous les orifices (parfois même à plusieurs dans un seul, vous pourrez vérifier par vous-même la hausse de cette tendance) sans aucune forme de respect. A-t-on déjà entendu une petite fille annoncer son souhait de devenir actrice pornographique quand d’autres rêvaient d’être pompiers ou policiers ? Les actrices ne prennent-elles pas des anti-douleurs avant chaque scènes ? Il suffit de se rendre sur un célèbre site de bukkake français pour avoir la nausée. La dégradation des conditions de travail des travailleurs et travailleuses du sexe lui, est bien réel. La GPA ne fait que s’inscrire dans ce vaste mouvement général de la libéralisation des mœurs et exacerbant la logique du marché. L’argument du consentement a ceci de pratique qu’il efface toute idée, si ce n’est de manipulation, de contraintes sous-jacentes.
  • Le grand tour de force de nos sociétés c’est de faire passer la contrainte de la nécessité économique pour de la bonne volonté, un acte libertaire, engagé, émancipateur et librement consenti. Toute opposition est vue comme le témoignage d’une position réactionnaire stérile et conservatrice. Encore une fois, celles qui seront touchées seront les plus vulnérables. Les femmes, les étudiantes ne parvenant pas à payer un loyer parisien à 1 400€ pour lequel il faut 5 garants, des revenus 4 fois supérieurs avec des justificatifs courants sur 10 ans, et si possible aucune origine ethnique ne suggérant à la discrimination. L’ensemble pour vivre dans un placard. Le libéralisme s’immisce dans toutes les strates, jusqu’à même les pans les plus intimes. Cette extension du marché économique ne fait qu’augmenter la précarité et les inégalités déjà débordantes.
  • En plus que de louer leur ventre, ces femmes se verront également surveillées ou leurs comportements limités selon différentes contraintes. En plus que de soulever des questions quant aux conséquences psychologiques d’une telle emprise perpétuelle, quid de l’attachement émotionnel de la mère sur l’enfant qu’elle porte en sa chair ? Comment vivre ce déchirement (définitif probablement, car qui a envie de voir sa paternité mise en concurrence une fois le travail effectué ?) lorsque l’enfant sera ensuite brutalement coupé de la mère porteuse ? La GPA supprime toute dimension humaine du processus de procréation en le transformant en un geste du quotidien d’une effroyable banalité. On s’assurera ainsi à travers un flicage permanent que la mère porteuse ne boit pas, a une habitude de vie saine (libre à toute interprétation personnelle), fait un minimum d’activité physique, auquel on ajoutera bien évidemment les propres critères de son choix.
  • Enfin, la GPA permet de souligner l’individualisme de nos sociétés : sociétés du « moi je » et de la négation du droit d’autrui à disposer librement de son corps. Le plaisir et le bonheur individuel d’être parent priment avant tout. Qu’importe pour cela d’abandonner tout traitement éthique et moral de ses concitoyens.

Encore une fois, sous couvert de progressisme et d’avancées sociétales, on nous vend un système au bénéfice des uns et au détriment des autres.

Mis à jour le 1 juin 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *