Oxford – The City of Dreaming Spires


Articles / samedi, août 4th, 2018

Faits amusants en 11 éléments

Il y a quelques semaines, le temps d’un weekend, je me suis rendu à Oxford, en Angleterre. L’occasion pour moi de revenir sur cette ville particulière accueillant l’université parmi les plus vieilles et la plus prestigieuse au monde. Pour ceux qui n’ont pas la patience de lire jusqu’au bout voici une liste en regroupant les principaux points :

  • Les habitants d’Oxfords sont appelés les Oxoniens (Oxonians en anglais),
  • Hitler aurait volontairement épargné la ville des bombardements,
  • Avec 32 000 étudiants pour 159 600 habitants, Oxford est la plus grande ville étudiante avec 1 étudiants pour 5 habitants,
  • Elle est traversée par la Tamise et la rivière Cherwell,
  • C’est un surnom : The city of dreaming spires (La ville aux clochers rêveurs) et une devise Fortis est veritas (La force réside dans la vérité),
  • C’est une université découpée en 44 colleges, chacun avec leur identité propre, leur réfectoire, leur bibliothèque, leurs spécialités d’enseignement, leur blason, leurs traditions, leur cloître et équipe d’aviron,
  • C’est 800 ans de fonctionnement avec un premier collège fondé en 1249, ce qui en fait la plus vieille université au monde, toujours active aujourd’hui,
  • La ville et l’université ont été et sont le lieu d’inspiration de nombreuses œuvres culturelles comme Le Seigneur des Anneaux, Alice au pays des merveilles, et plus récemment, Harry Potter,
  • Un des plus vieux musées au monde, appartenant à l’université et entièrement gratuit,
  • La plus grande librairie du monde avec plus de 5 kilomètres de rayonnage et 950m² d’espace dédiés, fondée en 1879 et toujours entre les mains de la famille Blackwell : la Blackwell’s library,
  • Des élèves et habitants prestigieux comme Stephen Hawking, Bill Clinton, J. R. R. Tolkien, Oscar Wilde, C. S. Lewis, Margaret Thatcher, David Cameron, Lewis Carroll, Emma Watson, Aldous Huxley, Gandhi, Adam Smith ou encore Aung San Suu Kyi,
  • Oxford est le lieu de naissance du groupe Radiohead.

En plus de détails

Oxford c’est tout d’abord une ville étudiante dont l’université se décompose en 44 colleges fondés entre le XIIème siècle et 2002, répartis en différentes spécialités dont les Sciences Sociales et les Humanités. Le plus impressionnant réside surtout dans le fait que les murs voient se succéder des générations d’étudiants au sein d’une université toujours active aujourd’hui, forte de ses 800 ans d’existence. En visitant les lieux on ressent cette atmosphère chargée d’histoire et de traditions dont seules les pierres ont le secret.
Jusqu’en 1249, les anglais qui en avaient la chance partaient étudier à Paris qui était la principale place universitaire à l’époque. Ce n’est qu’au XIIème siècle qu’il fut décidé d’établir le pôle dédié à l’enseignement que l’on connait aujourd’hui. L’histoire a voulu que le nom d’Oxford ait été retenu.

Se rendre à Oxford depuis Londres est assez simple puisque deux possibilités s’offrent à nous. Le train en premier lieu, mais dont le service en Angleterre n’est pas très fiable et assez cher, ou une solution plus économique mais tout aussi intéressante : le bus. En effet, un service est assuré toutes les dix minutes, 24h/24, 7j/7 pour la modique somme de £14 aller-retour. Plusieurs points de départ sont prévus depuis Londres, dont un assez arrêt à Marble Arch, le long de Hyde Park, également desservie par la Central Line, la principale ligne de métro. Ce service très régulier a valu le surnom d’Oxford Tube à ces lignes que l’on emprunte comme le métro.

Ce qui frappe en arrivant dans la ville c’est tout d’abord la banlieue. La région est assez industrialisée avec une activité principalement portée sur l’automobile, mais elle est aussi un point de confluence de l’excellence académique. Cette spécificité fait d’Oxford une ville partiellement inégalitaire avec un centre-ville historique assez riche, regroupant une université et des colleges très sélectifs, voire élitistes. La plupart de ces colleges renferment des cours et jardins prestigieux, fermés aux visiteurs. C’est donc tout un pan de l’histoire de cette ville qui se retrouve fermé à des générations ignorant tout de la richesse de la ville qui les a vu naître. Il fallut d’ailleurs attendre jusqu’en 1985 pour que le dernier college accepte de recevoir des femmes parmi leurs étudiants.

L’architecture a particulièrement été préservée des bombardements lors de la Seconde Guerre Mondiale puisque l’on raconte qu’Hitler en personne aurait ordonner de ne pas cibler la ville, souhaitant préserver ces siècles d’histoire. Le centre-ville est fait de nombreux souterrains et chapelles. On y compte parmi l’un des plus vieux musées au monde, propriété de l’université d’Oxford, comprenant l’œuvre de célèbres peintres tels Millais, Hunt, Waterhouse, Turner mais encore Manet et Picasso.

Ayant eu la chance d’avoir été accompagné par un ancien élève, j’ai pu visiter des parties habituellement réservées aux étudiants. En effet, même si les lieux sont historiques, il n’en demeure pas moins qu’ils restent un espace fonctionnel. Oxford a également été le lieu de tournage de nombreuses scènes d’Harry Potter. Et il est assez amusant de savoir que ce qui n’est pour certains qu’un lieu de décors est en réalité une véritable université toujours active aujourd’hui.
Les colleges sont chacun composés de plusieurs jardins, d’une bibliothèque, d’un réfectoire et d’une chapelle qui leurs sont propres.

L’université a formé parmi les plus prestigieuses personnalités. De nombreux paysages propres à Oxfords ont aussi inspirés des éléments culturels. Par exemple « Les deux tours » du Seigneur des Anneaux mais aussi « Alice au pays des merveilles » de Lewis Carroll. Des fleurs sont disposées aux fenêtres de ces chambres étudiantes ayant été occupées par ces élèves devenus de prestigieux ambassadeurs.

Il y a aussi ces courses d’aviron tenus par les différents colleges sur la Tamise et la rivière Cherwell sur lesquelles il est possible de faire de la « pigouille » (punting) similaire à ce que l’on retrouve en France dans le marais Poitevin.

La ville est faite de traditions :

  • Des scones que l’on mange à l’heure du thé, mais aussi cette coutume annuelle qui veut que le shérif de la ville vérifie les fortifications de la ville, les déclarants solennellement aptes à servir, suivie par le sacrifice d’une oie (désormais remplacée par une fausse réplique).
  • Le marché couvert,
  • La célèbre librairie Blackwell et ses 5 kilomètres de rayonnages, en faisant la plus grande librairie au monde.

Dans ces colleges, pour la plupart religieux, des monuments aux morts sont érigés en l’hommage d’anciens élèves morts lors des Grandes Guerres Mondiales. Sans distinction puisqu’une plaque à part entière est dédiée à un ancien élève allemand, retourné combattre pour son pays en 1914. Comme si finalement, l’université était un pays à part entière, et que seule importait l’appartenance à la même institution. Il est toujours émouvant de voir des promotions entières sacrifiées.

Magdalen College, reste le plus grand collège d’Oxford mais il n’est pas nécessairement le plus beau bien qu’il n’en demeure pas moins magnifique. Le plus connu certainement. Paradoxalement, c’est également celui au plus petit jardin puisque l’histoire raconte que le jardinier aurait perdu les autres au poker. On raconte que Lewis Carroll aurait été inspiré par ce jardin pour écrire les aventures de cette fille éponyme, Alice, qu’il retrouvait alors à cet endroit.

Oxford met aussi en avant la spécificité du modèle anglais qui, bien qu’ayant également de nombreux défauts, n’enferme pas dans le diplôme. Je prends pour exemple ces étudiants devenus comptables à la suite de licences en histoire. Le diplôme est davantage vu comme une ouverture d’esprit plutôt qu’une véritable spécialisation. Ainsi le marché du travail reste assez ouvert et flexible quant à d’éventuelles réorientations. L’emphase est majoritairement portée sur les interactions sociales : l’université est un lieu d’ouverture aux autres, mais aussi sur soi.

Enfin, la ville accueille les locaux de l’Union Oxford Society, aussi connu sous le nom d’Oxford Union, qui est un lieu de débats réservés aux anciens élèves. De nombreuses personnalités y ont participé comme certains présidents Américains tel Bill Clinton, mais aussi Albert Einstein, Winston Churchill, Malcom X, Stephen Hawking, Emma Watson, le Dalaï-lama ou encore Marine le Pen, Erdogan ou le chanteur PSY.

Ressources

Mis à jour le 26 août 2018

Une réponse à « Oxford – The City of Dreaming Spires »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *