JDE #2 – J’ai décidé de devenir écrivain


Journal d'un écrivain / dimanche, août 12th, 2018

Sources d’inspirations de la semaine

Cette semaine, parmi les choses qui m’ont inspiré, il y eu tout d’abord la mise en place de cette chronique : « Journal d’un écrivain » ou « JDE ». J’explique les pourquoi de cette résolution, de même que le déroulé de la chronique pour les mois à suivre dans le billet initial : « JDE #1 – La roue tourne va tourner ». Pour faire court, cette résolution fait suite à un échange que j’ai eu avec un ami qui se lance dans un projet qui risque d’être très sympa. Je vous en reparle très prochainement. Plus généralement, il n’y a rien de plus stimulant que d’échanger avec des personnes portées par les mêmes objectifs que soi, on y ressort toujours grandit. Cela crée une atmosphère de saine émulation.

Je rajoute à cette liste ce youtubeur américain que l’on m’a recommandé de suivre après avoir parlé autour de moi de cette idée de chronique. En effet, Joma tient une chaîne youtube dans laquelle il réalise une série de vlogs présentant la création d’une startup sous la forme d’une série-documentaire. On peut donc en suivre directement l’évolution : Joma Tech. Sur le même principe d’un suivit au jour le jour il y a aussi les vlogs sur la thèse de « C’est une autre histoire ». Bref, pour faire court, l’idée d’un journal qui rendrait compte de toute les étapes effectuées pour arriver à l’objectif final de la publication est un concept qui me plait grandement. Et j’aurais aimé moi-même pouvoir disposer d’un tel outil avant de me lancer.

Il y a eu enfin la dernière vidéo très inspirante de Lucas Willems : plus disponible actuellement, damn it!

Enfin, vous avez été nombreux à me soutenir dans ma démarche, je garde précieusement les mots envoyés par certains d’entre vous. Ça fait toujours plaisir. De nouvelles personnes qui s’ajoutent à cette communauté qui prend, peu à peu, de l’envergure. Merci, cela aide grandement.

« I love that you write all of your philosophical pondering in a diary. I think that it really suits you and it must help to put it down on « paper ». I also think that you’re a beautiful writer so never discard that as a passion or career, because you would make an excellent one » – 07/16

Compte-rendu : comprendre son attrait pour l’écriture

Lorsqu’on a pour objectif la réalisation d’un roman, il vient inévitablement, passé l’euphorie du moment, des épisodes de doutes et d’hésitations. Écrire demande une rigueur dans le travail, exige de nombreux remaniement et d’heures passées devant une page blanche. A l’image d’un marathon, il faudra accumuler des efforts sur une longue période, en n’ayant aucune visibilité sur la ligne d’arrivée.

Pour tenir jusqu’au bout il faut que je me recentre sur l’essentiel, à savoir, comprendre d’où me vient cette envie d’écrire. En effet, si je ne trouve pas le moteur qui me donne la force d’avancer dans mes projets, je sais que je ne tiendrai pas sur le long terme. Il me faut quelque chose à laquelle m’accrocher lorsque ce sera difficile.

Je crois que j’ai toujours eu la volonté d’écrire. Si ma mémoire est bonne, ma première ébauche a dû être réalisée vers quatorze ans. Le résultat, aujourd’hui disparu, ne devait pas être terrible, certes, mais il faut bien commencer quelque part.

Je pense que derrière chaque auteur, il y a avant tout un lecteur passionné, dévorant les livres. Il y a l’envie de transmettre, quelque chose de viscérale qui nous tient au cœur. Une sensibilité qui demande à s’exprimer. Un pas qui ne demande qu’à être franchi. Passer de l’autre côté de la page, écrire à son tour. Transmettre, faire voyager, tenter de susciter des émotions chez son alter ego.

L’écriture serait-elle innée ? Je pense que la réponse à cette question ne peut être binaire. Par le travail et la lecture, on mémorise certaines tournures de phrase, on apprend et on s’imbibe tout simplement des codes liés à l’écriture. Mais je pense qu’il y a également une part, non pas de tallent, mais de prédisposition naturelle tenant davantage à la personnalité.

Dans le film « The Grand Budapest Hôtel », j’ai particulièrement retenu cette citation que je trouve assez juste :

« C’est une erreur extrêmement répandue : les gens pensent que l’imagination d’un auteur est toujours en marche, qu’il est sans cesse en train de puiser dans une source intarissable d’anecdotes et de péripéties et qu’il imagine tout simplement ses histoires comme par magie. Mais en fait, c’est tout le contraire. Dès que le public sait que vous êtes écrivain, il vous apporte les personnages et les événements. Et tant que vous maintenez votre capacité à regarder et à écouter attentivement, ces histoires continueront de vous hanter tout au long de votre vie. A celui qui a souvent raconté le récit des autres, bien des récits seront racontés ».

Comme il l’est dit, je pense qu’un auteur s’inspire principalement des éléments de sa réalité immédiate. Il fait donc appel à l’observation et à des sentiments aussi. Il possède donc une certaine sensibilité qui est le fait de sa personnalité. Or, je ne pense pas que, passer un certain âge, il soit possible de s’affranchir des traits de personnalité acquis. Je sais que lorsque je suis seul, je peux avoir une tendance naturelle à la mélancolie et cela m’aide dans mon processus créatif.

Ce qui m’aide également c’est de prendre exemple sur ceux qui ont accomplis avant moi mes objectifs : Clément Bénech ou bien Ina Mihalache de la chaîne « Solange Te Parle » puisqu’ils ont tous deux réussi la publication de leurs romans, et que je ne suis pas si éloigné en âge de Clément Bénech.

Ce que j’aime dans l’écriture c’est la transmission. L’écriture nous permet, à travers le suivit d’histoires et de brefs instants de vie, de s’enrichir d’expériences que l’on vit à travers elles. C’est l’occasion aussi de faire appel à sa créativité, de laisser s’exprimer son cœur et sa sensibilité. C’est essayer d’apporter au monde, sa maigre contribution, une petite pierre à l’édifice. Indéniablement il y a l’idée d’un engagement. L’envie de faire réfléchir, de défendre des causes qui nous tiennent à cœur. Pour ma part en tout cas. Peut-être y-a-t-il quelque chose tenant de l’ego, aussi ?

Ressources

Mis à jour le 17 août 2018

Une réponse à « JDE #2 – J’ai décidé de devenir écrivain »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *