La robotisation du marché du travail : où s’arrêtera l’automatisation ?

1,99

Que ce soit d’un point de vue professionnel ou personnel il semble important de réfléchir sur les impacts de la robotisation. Le constat de départ est simple : la robotisation prend une place de plus en plus conséquente sur le marché du travail, dans nos vies, et ce de plus en plus tôt. Cela ne peut demeurer libre de conséquences. Il faut donc réfléchir aux implications des acteurs, du citoyen mais aussi appréhender tant les apports positifs que les pertes potentielles engendrées par cette explosion technologique.

Dans un premier temps a été brièvement détaillé ce qui constitue les principales modifications dans nos manières d’aborder le XXIème siècle. A savoir une conception différente de notre rapport au travail, dans la mesure où celui-ci devient une pierre angulaire dans nos vies, un moyen de s’accomplir, de se réaliser, avec une dimension toujours plus importante accordée au bien-être. Au même titre sera évoquée cette automatisation toujours croissante du marché, mettant à pied un pôle toujours plus conséquent de travailleurs.

Ce dégage ensuite les problèmes éthiques résultants de ces transformations qui permettent d’interroger la robotisation quant à son rôle au sein de la société. Parmi ces problèmes, on peut citer l’accaparement de la richesse au sein de quelques mains, la suppression de la principale source de revenus pour bon nombre de salariés, la polarisation du marché du travail, ou encore la course à la productivité.

Enfin sont proposés quelques pistes de réflexion permettant d’y répondre et d’envisager plus sereinement les transformations qui ne manqueront pas d’avoir lieu. Cela passe par une responsabilisation politique et citoyenne, par l’éducation puis par l’arsenal réglementaire et législatif. L’essai s’articulant sur le schéma causes, conséquences, résolution.

Version : PDF

Nombre de caractères : 52329

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.